Si vous ne parvenez pas à lire cet email, cliquez ici.

 
 
Herman est enfin libre !
Si je vous écris aujourd'hui, c'est pour vous faire partager une bonne nouvelle qui a son importance dans une lutte pour plus de justice et d'humanité.
Herman Wallace est aujourd'hui libre.
Le 1er octobre, un juge a cassé la condamnation d'Herman Wallace pour violation de ses droits constitutionnels et ordonné sa libération immédiate.
Herman Wallace a été submergé de joie en apprenant la nouvelle après plus de 41 années emprisonné à l'isolement, dans une cellule de deux mètres sur trois.
C'est donc une immense victoire, pour lui, pour les « Trois d'Angola », mais aussi pour vous, qui avez été plus de 110 000 à travers le monde à vous mobiliser ces dernières semaines.
Un grand merci pour votre soutien !
Celle nouvelle ne pourra nous faire oublier les années de traitement inhumain et le déni de justice qu'il a subis pendant des décennies, mais Herman, atteint d'un cancer du foie avec plus que quelques semaines à vivre, peut aujourd'hui passer ses derniers moments entouré de ses proches, librement et dignement.
Encore merci.
Voici les mots qu'Herman nous écrivait, juste avant sa libération :
« L'État a peut-être bien volé ma vie, mais mon esprit poursuivra le combat auprès d'Albert [Woodfox] et des nombreux camarades qui nous ont rejoints au fil du temps ici, au fond du gouffre. En 1970, j'ai fait le serment de consacrer ma vie à servir le peuple, et même si je suis à terre, je reste à votre service. Je veux tous vous remercier, vous, mes soutiens dévoués, pour m'avoir accompagné jusqu'à la fin ».
Pour les « Trois d'Angola », Herman, Albert, et Robert, mais aussi pour les quelque 80 000 prisonniers actuellement à l'isolement aux États-Unis, nous continuerons le combat pour que l'injustice qui leur est faite soit enfin reconnue.
Stephan Oberreit, Directeur général d'Amnesty International France