$mirror$

  
Septembre 2017 
Le Post

photo Dualité et convergence

L’accès aux télécommunications passe aujourd’hui par une dualité d’infrastructures : réseaux fixes d’une part, mobiles d’autre part. Chacune connait des évolutions technologiques profondes : déploiement de la fibre optique pour le fixe, de la 4G et bientôt de la 5G pour le mobile.

L’Arcep ne privilégie aucune des deux faces du Janus des télécoms : l’effort d’investissement nécessaire dans les prochaines années doit à la fois délivrer à tous le très haut débit permis par la fibre et améliorer significativement la couverture et la disponibilité des réseaux mobiles. Au demeurant, les deux technologies se complètent en une forme de convergence. Un simple exemple : on peut imaginer des terminaux intelligents choisissant en temps réel le meilleur mode d’acheminement des appels et des données, wifi puis accès fixe ou accès mobile.

Jacques Stern, membre du collège de l'Arcep

-


La régulation en action

Quel opérateur a le meilleur réseau mobile chez vous ? au travail ? en vacances ? Réponse sur monreseaumobile.fr

C’est de l’information sur mesure qu’offre l’Arcep avec monreseaumobile.fr ! Il est désormais possible de comparer la couverture mobile voix et SMS des quatre opérateurs sur une carte interactive selon quatre niveaux d’évaluation :

- très bonne couverture ;

- bonne couverture ;

- couverture limitée ;

- pas de couverture.

Au-delà de la volonté de mieux coller au ressenti des utilisateurs, l’Arcep souhaite aussi stimuler les investissements des opérateurs dans leur réseau, pour doper encore la couverture mobile. En d’autres termes, provoquer un choc de transparence pour réorienter la concurrence que se livrent les opérateurs, afin que celle-ci porte non seulement sur les prix mais aussi sur les performances des réseaux.

Pour l’instant disponibles pour la France métropolitaine, des cartes similaires seront publiées pour les départements et territoires d’outre-mer courant 2018. Elles seront aussi étendues au service data 3G / 4G l’année prochaine.

monreseaumobile.fr
Le communiqué de presse
Les données de couverture mobile en France métropolitaine en open data
L’action de l’Arcep au service de la couverture et de la qualité des services mobiles
Les interviews vidéos de Sébastien Soriano, président de l’Arcep et du BEREC pour 2017


       
 Chiffre

Demain en chiffres
D’ici à 2019, 20% des interactions de l’utilisateur avec son téléphone passeront par des assistants personnels virtuels. (source : Gartner)


En vue  

Roland Lescure, président de la commission des affaires économiques à l’Assemblée nationale

Cette commission contrôle plus particulièrement l’action de l’Arcep. Dans son actualité récente, l’examen du rapport de la mission d’information sur la couverture numérique du territoire, dont les conclusions doivent être remises aujourd'hui.

photo
 
 
carte     

Ailleurs dans le monde
Vers une connectivité globale par satellite ?

One Web, Space X ou encore Google avec son projet « Loon » ; nombreux sont les projets recourant aux technologies spatiales en orbite basse (ou LEO pour Low Earth orbit) pour connecter la planète à internet. Leurs avantages :

- répondre aux besoins de connectivité des zones les moins bien couvertes par les réseaux filaires et hertziens ;

- permettre des délais de latence beaucoup plus faibles pour les services en haut débit et en téléphonie, qu’en orbite géostationnaire (utilisée aujourd’hui pour les offres de haut débit par satellite en France).

Des interrogations existent quant à la faisabilité concrète de ces projets. Par exemple, les engins spatiaux en orbite LEO auraient une durée de vie assez courte (un peu plus de 5 ans en moyenne) pouvant entraîner leur renouvellement régulier. La coordination en matière de fréquences doit aussi être particulièrement rigoureuse au niveau de l’Union internationale des télécoms pour éviter des brouillages entre les différentes constellations de satellites.

Le secteur se met en ordre de marche. SpaceX a, dans ce sens, rencontré Jacques Stern, membre du collège de l’Arcep, lors du « Global Symposium for Regulators » organisé par l’UIT en juillet dernier. Sébastien Soriano, président de l’Arcep et du BEREC en 2017, a également échangé avec les équipes de OneWeb.


    


Arcep like

L'Arcep like

HAND - « Hackers Against Natural Disasters »

Après le passage des ouragans Irma et Maria dans les Caraïbes, tout un réseau d’associations s’est mobilisé pour venir en aide aux populations sinistrées notamment sur les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy. Parmi elles, HAND, « hackers against natural disasters ». Pour cette association réunissant geeks, informaticiens et hackeurs citoyens, deux priorités :

- cartographier les zones dévastées ;

- et rétablir au plus vite les liaisons télécoms, notamment entre les îles. Pour cela, HAND a envoyé dans ces îles pour environ 30 000 euros de matériel (antennes pour monter des faisceaux hertziens, radios numériques, drones, Rasperry Pi) et fait appel au savoir-faire de ses membres sur place.

L’association entend surtout agir en amont des catastrophes naturelles. Comment ? En formant les habitants des zones fréquemment victimes de ces désastres climatiques pour qu’ils soient capables de rebâtir par eux-mêmes les réseaux de communications.

L'appel aux dons de HAND

   

Tout terrain

Réseaux mobiles professionnels : l’Arcep au centre nucléaire de production électrique de Nogent-sur-Seine

Pierre-Jean Benghozi, membre du collège de l’Arcep, accompagné des équipes de l’Autorité, ont visité le centre nucléaire de production électrique de Nogent-sur-Seine en août dernier.

L’occasion pour l’Arcep de constater la nécessité, pour le centre nucléaire, d’être connecté 24h/24, 365 jours par an, à des réseaux sans fils ultra fiables s’appuyant sur des systèmes et fréquences dédiés.

La modernisation des réseaux mobiles professionnels (PMR) auxquels l’Arcep prévoit d’attribuer la bande 2.6 GHz TDD, permettra - grâce au LTE – le développement de nouvelles fonctionnalités dans l’exploitation de ces centrales, tout en maintenant des niveaux d’exigence compatibles avec l’exploitation d’infrastructures hautement sensibles.

Tout terrain



Bien dit trait

« Quelque chose a changé en dix ans. Les opérateurs appellent ça l'impatience numérique, j'appelle ça l'exigence numérique des Français. »

Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État auprès du Premier Ministre, chargé du numérique (Journal Du Dimanche)


Pendant ce temps, à Bruxelles...

Bientôt la portabilité des données non personnelles

La Commission européenne a publié le 13 septembre dernier sa proposition de règlement sur la libre circulation des données non personnelles. Son principe : lever les obstacles à la mobilité des données. Cette proposition vise à stimuler l’innovation et à débloquer des opportunités pour l’économie des données dans l’Union, alors même que l’internet des objets se développe de manière exponentielle.

Désormais soumis à la procédure législative européenne, le texte pourrait entrer en vigueur au niveau national d’ici 2020. Il fera aussi l’objet de débats entre les gouvernements européens, lors du sommet européen du numérique qui se tiendra le 29 septembre prochain à Tallin.

En savoir plus

Eu


L'Arcep raconte

Photo Open data, pourquoi ?

Depuis 2016, la publication de toutes ses productions chiffrées et cartographiques en open data fait partie des priorités de l’Arcep. Notre ambition : créer un nouveau levier de régulation pour stimuler la concurrence au service des investissements et de la connectivité en France. Adopter une démarche d’Etat-plateforme qui permette à chacun de se saisir des données, de produire des outils et de devenir ainsi un citoyen-régulateur, est, nous en sommes convaincus, fondamental pour moderniser l’action publique.

Pour rendre nos données accessibles, nous collaborons avec Etalab, qui coordonne la politique d’ouverture et de partage des données publiques en France. Elles sont toutes centralisées sur sa plateforme : www.data.gouv.fr.

Ce chantier implique l’ensemble des équipes de l’Arcep. Ainsi, alors que seuls les indicateurs d’activité des opérateurs étaient disponibles en open data il y a cinq ans, l’Autorité publie aujourd’hui des indicateurs qui concernent par exemple : la couverture, la qualité de service, la disponibilité de numéros, le suivi du marché postal, ou les usages via le Baromètre du numérique.

Réutilisées, les données en open data doivent permettre de développer de nouveaux services et révéler des subtilités nouvelles. Nous travaillons encore pour, à l’avenir, enrichir les données disponibles, augmenter leur nombre, imaginer des outils pour faciliter leur réutilisation et aider journalistes, start-ups ou collectivités à se réapproprier ces données. In fine, utiliser l’intelligence collective pour informer et mobiliser les utilisateurs.

Laurent Toustou
chef de l’unité « Régulation par la data » à l’Arcep



Le 17 octobre 2017 au Liberté Living Lab

Image

L’Arcep lance une plateforme pour signaler les dysfonctionnements des offres télécoms et postales

Vous constatez un dysfonctionnement dans les services offerts par votre opérateur fixe, mobile, internet ou postal ? A partir du 17 octobre, vous pourrez signaler à l’Arcep ce désagrément sur une plateforme dédiée ! En alertant l’Arcep :

- vous ferez peser votre expérience d’utilisateur dans la régulation du secteur et, avec l’Arcep, contribuerez à inciter les opérateurs à améliorer leurs services et à développer leurs réseaux ;

- vous rendrez plus efficace l’action de l’Arcep qui pourra plus facilement mesurer l’ampleur des dysfonctionnements identifiés et agir auprès des opérateurs.

L’Arcep présentera ce dispositif et fera un point sur la régulation par la data lors d’une conférence de presse le 17 octobre à 9h30 au Liberté Living Lab !

Inscriptions : com@arcep.fr

 


agenda

Le 27 septembre à Bruxelles
FT Etno Summit

Le Financial Times et l’ETNO organisent le 27 septembre à Bruxelles une nouvelle édition du « FT Etno Summit ». Thème de cette édition : la régulation du numérique en périodes de forts changements technologiques. Sébastien Soriano, président de l’Arcep et du BEREC pour 2017, y interviendra.
En savoir plus

Du 27 au 29 septembre à New Delhi
Indian mobile congress

5 000 participants et 800 exposants du monde entier sont attendus fin septembre à New Delhi pour la première édition du salon indien consacré à l’industrie du mobile, l’« Indian Mobile Congress ». Cet évènement s’inscrit dans la lignée du « Mobile World Congress », grand-messe en la matière, organisé chaque début d’année à Barcelone par la GSMA.

Le 29 septembre à Tallinn
Sommet numérique européen

Le 29 septembre 2017, la présidence estonienne du Conseil de l'Union européenne organisera, en coopération avec le Président du Conseil européen et la Commission européenne, le Sommet numérique de Tallinn, qui réunira les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne. Au programme : cybersécurité, données personnelles, numérisation du secteur public…
En savoir plus

Le 4 octobre à Paris
Réunion technique du groupe d’échange entre l’Arcep, les collectivités territoriales et les opérateurs

La réunion technique du groupe d’échange entre l’Arcep, les collectivités et les opérateurs se tiendra le 4 octobre prochain à Paris. La matinée permettra de faire plusieurs points sur l’actualité du secteur : travaux sur les analyses de marché fixe, accès au génie civil et déploiement de la fibre. L’après-midi une table ronde sera organisée. Le thème : Gigabit society : quels réseaux dans dix ans dans les territoires ?
En savoir plus

Le 4 octobre à Bucarest
ANCOM conference : Regulation 360° from word to terabyte in 15 years

Le régulateur roumain organise le 4 octobre son colloque annuel sur le thème « Regulation 360° from word to terabyte in 15 years ». Sébastien Soriano prendra la parole lors d’une table ronde sur l’évolution du marché des télécoms ces 15 dernières années, ses importantes évolutions et la nécessaire adaptation de la régulation.

Les 5 et 6 octobre à Bucarest
Réunion plénière du groupe des régulateurs européens (BEREC)

Les membres du groupe des régulateurs européens organisent une réunion plénière les 5 et 6 octobre prochains à Bucarest. Au programme des débats : l’avancement des travaux du BEREC sur la neutralité du net, le rapport du groupe analysant l’impact possible des contenus premium et des terminaux sur le marché des télécoms ou encore la convergence des réseaux fixe / mobile.

Le 9 octobre à Paris
Atelier de l’Arcep consacré aux terminaux et à leur influence sur l’accès au réseau internet

Numa accueille le premier des trois workshops de l’Arcep consacré à l’influence des terminaux (smartphones, tablettes, PC) sur l’accès au réseau internet. Destiné aux développeurs, équipementiers, opérateurs et éditeurs d’applications, cet atelier réfléchira plus précisément au mode idéal de mise à disposition d’applications (accès et modèle économique). L’objectif : compléter la première analyse élaborée par l’Arcep dans un rapport publié en juin. S’inscrire : terminaux@arcep.fr

 

  separateur
L'ARCEP PIVOTE : LE MANIFESTE
L'ARCEP RECRUTE

VERSION WEB


Twitter Page Facebook Page RSS Feed RSS Feed

Me désinscrire

logo-footer