$mirror$

  
Mars 2018 
Le Post

photo L’identification, le cœur des communications : on veut savoir à qui on parle !

Le « 22 à Asnières » identifiait un lieu géographique et une personne (ou un groupe). Avec le mobile, la localisation s’est évanouie pour laisser la place à la phrase « t’es où ? ». Avec les applis du net, le numéro de téléphone a cédé à son tour : le « 06 » remplacé par l’identifiant d’application. Les fonctionnalités se sont enrichies avec, par exemple, la vidéo ou le chiffrement de bout en bout. De nouvelles applis permettent aujourd’hui d’avoir plusieurs numéros sur un même téléphone mobile, d’établir une « ligne de téléphone » à destinataire unique, etc.

Reste que le téléphone « classique » a encore le bel avantage d’interconnecter des systèmes différents, quand les applis demandent encore à tous les participants d’utiliser la même application. Nous devenons alors une palette d’identité : Skype, WhatsApp, G-hangout, Facebook…

Pourquoi ne pas s’interroger alors sur les moyens de faire communiquer ces identités, et ainsi préserver les vertus des systèmes anciens avant de les déclarer obsolètes ?

Serge Abiteboul, membre du collège de l’Arcep

-


La régulation en action

5G en France : l’Arcep endosse son rôle d’architecte pour préparer son déploiement

Le déploiement de la 5G nécessite l’avancement des travaux internationaux de normalisation et la mise à disposition coordonnée en Europe des bandes de fréquences appropriée (3,4-3,8 GHz et 26 GHz). Sans attendre cette échéance, prévue pour 2020, l’Arcep travaille déjà à la libération de ces bandes, notamment par la migration de certains usages sur d’autres bandes. L’attribution de ces fréquences dédiées à la 5G pourrait donc être menée d’ici fin 2019 ou courant 2020. Le Gouvernement a également initié des travaux pour faciliter les déploiements.

Mais la 5G n’est pas la simple prolongation de la 2G, 3G et 4G. Elle ne tiendra toutes ses promesses que si les entreprises et les acteurs industriels et d’infrastructures s’en saisissent et inventent des usages innovants. Pour accompagner ce mouvement, l’Arcep a ouvert en janvier un guichet « pilotes 5G », qui met à disposition du spectre pour tester le déploiement grandeur nature de pilotes 5G (ports, hôpitaux, routes connectés…) et anticiper les modèles économiques de demain, au-delà des acteurs télécoms. Sébastien Soriano, président de l’Arcep, a également interpellé directement les grands patrons sur ce nouvel enjeu de compétitivité, par un courrier à une quarantaine de dirigeants, et par un appel à la mobilisation des entreprises lors de son intervention aux universités numériques du MEDEF.

Interview de Sébastien Soriano à NextInPact : « Il ne faut surtout pas prendre de retard sur la 5G »
Intervention de Sébastien Soriano lors des universités numériques du MEDEF


       
 Chiffre

Demain en chiffres
100% des smartphones vendus dans le monde en 2019 embarqueront des technologies biométriques (contre 80,8% en 2018).
Source : Acuity Market Intelligence via eMarketer


En vue  

Virginie Beaumeunier, directrice de la DGCCRF

Depuis janvier 2018, Virginie Beaumeunier est la nouvelle directrice de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Elle était auparavant rapporteur général de l’Autorité de la concurrence.
Le 15 mars dernier, à l’occasion des 50 ans de l’INC, elle a annoncé la création d’une nouvelle application : « J’alerte la DGCCRF », sur le modèle de « J’alerte l’Arcep ».

photo
 
 
carte     

Ailleurs dans le monde
Le Mobile World Congress 2018, le salon high-tech le plus important de l’industrie mobile se tenait en février dernier à Barcelone. A l’honneur cette année : la 5G, l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle.

Sur le marché grand public, la place des assistants virtuels s’affirme, les objets connectés se multiplient... Comme chaque année, de nouveaux smartphones ont été présentés en avant-premières par les gros fabricants comme Samsung, Nokia et Sony.

Du côté des constructeurs, un sujet phare : la 5G. L’occasion pour eux de présenter leurs prochains équipements et faire un point sur le déploiement de ce réseau et ses usages : la ville intelligente, l’usine du futur ou encore la voiture connectée… Plusieurs équipementiers ont annoncé des premiers tests au niveau des puces 5G pour permettre le lancement de smartphones compatibles d’ici le début 2019.

Le président et les équipes de l’Arcep étaient présentes. Les travaux de l’Autorité sur la 5G, les terminaux et la couverture mobile étaient très largement à l’honneur et ont reçu un excellent accueil de la part des nombreux acteurs rencontrés.


    


Arcep like

L'Arcep like

« Le Web est menacé, rejoignez-nous et défendez-le ! » L’appel de Tim Berners-Lee, l’inventeur du web

29 ans après l’invention du web, Tim Berners-Lee, son fondateur, dresse, dans une lettre ouverte, un bilan en demi-teinte de son évolution : « Ce qui était autrefois une riche sélection de blogs et de sites Internet a été enseveli sous le lourd poids de quelques plateformes dominantes ». Dans le viseur, les géants du Web comme Facebook, Google ou Twitter, qui selon lui doivent être régulées via des « normes solides permettant de trouver un équilibre entre les intérêts des entreprises et ceux des citoyens connectés ».

Sa conclusion se veut toutefois optimiste et lance un appel : « [il faut] s’attaquer aux menaces qui pèsent sur l’avenir du Web pour construire le web que nous souhaitons tous en réunissant les esprits les plus brillants du monde des affaires, de la technologie, du gouvernement, de la société civile, des arts, du milieu universitaires… »

La lettre ouverte

   

Tout terrain

L’Arcep en Bourgogne-Franche-Comté : top départ du THD radio

Tout terrain Les 15 et 16 mars dernier, l’Arcep, représentée par son président et ses équipes, était en Bourgogne-Franche-Comté, dans le cadre d’une série de déplacements dans les territoires.

La Bourgogne-Franche-Comté est l’une des premières régions françaises à utiliser le THD radio (très haut débit radio), via son réseau « RCube ». Celui-ci a été inauguré, et officiellement lancé, à l’occasion de la venue des équipes de l’Arcep dans la région. Le THD radio représente une solution d’accès à internet à la fois rapide et souple pour les territoires ruraux non couverts par la fibre optique.

Ce déplacement a aussi été l’occasion pour les équipes de l’Arcep de rencontrer les élus de la région, de découvrir l’écosystème du numérique et de la « tech » locale, particulièrement active en matière de « foodtech » et de santé, et de participer à la Commission régionale de stratégie numérique à Venarey-Lès-Laumes, en présence des acteurs institutionnels et des opérateurs.

Le déplacement en photos



Bien dit trait

"Notre Règlement sur la neutralité du net protège l'ensemble des Européens, quel que soit le pays de l'Union dans lequel ils résident. Éviter la fragmentation, le patchwork des lois nationales sur le sujet est bien mieux pour le marché. Les investissements et le développement de la 5G ont besoin de cette sécurité juridique."

Andrus Ansip, vice-président de la Commission européenne, chargé du Marché numérique unique - Mobile World Congress 2018


Pendant ce temps, à Bruxelles...

Dans un rapport consacré aux contenus et aux équipements terminaux, le groupe « Markets and Economic Analysis » du BEREC a analysé la question de l’ouverture d'internet en se focalisant sur les fabricants de terminaux et les éditeurs de systèmes d’exploitation. En effet, dans la mesure où le règlement européen de 2015 n’impose aucune contrainte à ces derniers, il s’agissait de déterminer si les terminaux et les systèmes d’exploitation ne pouvaient pas limiter l’accès libre aux contenus en ligne.

Le rapport a relevé l’importance des applications dans l’accès à internet, et donc le rôle clé des magasins d’applications, qui ont le pouvoir de filtrer celles-ci. Il a également posé la question de la possibilité réelle pour les utilisateurs de disposer d’un système d’exploitation permettant une utilisation entièrement ouverte d’internet. Le BEREC juge donc utile de surveiller l’évolution des marchés de terminaux et de systèmes d’exploitation, et de recourir à la régulation par la data, en faisant la transparence sur les pratiques des fabricants et des éditeurs.

Le rapport

Eu


L'Arcep raconte

Photo La Cour des comptes a récemment salué* le rôle structurant de l’Arcep, son expertise technique, mais aussi la gestion rigoureuse et dynamique des ressources humaines. Elle a par ailleurs souligné que toutes les autorités administratives françaises contrôlées avaient connu entre 2011 et 2016 une croissance de leur masse salariale, à l’exception de l’Arcep.

L’Arcep a en effet toujours fait l’effort de remplir ses nouvelles missions en minimisant les créations d’emploi : en mobilisant en interne, par redéploiements et formations, accroissements de périmètre des postes, action de mutualisation, ou en ayant recours à des prestataires externes.

Aujourd’hui, cette politique volontariste semble toucher ses limites : l’Autorité demandera de nouveaux postes si de nouvelles missions lui sont confiées.

Le budget et les emplois à l’Arcep en bref :

- 22,9 millions d’euros en 2017 (masse salariale : 15,7 millions d’euros / budget de fonctionnement : 7,3 millions d’euros) piloté par le secrétariat général ;
- 172 équivalents temps plein travaillés (plafond d’emplois autorisé) ;
- 30 recrutements en 2017 ;
- un calendrier budgétaire dense, rythmé par de nombreuses échéances, tant pour porter les demandes de crédit dans le cadre du projet de loi de finances, que pour affiner les prévisions de l’année en cours et rendre compte de l’exécution au responsable de programme budgétaire ;
- « Cerbère », le doux nom de l’outil de prévision et d’exécution de la masse salariale, qui n’est pas un monstre à trois têtes mais un tableau aux multiples onglets que l’équipe RH doit remplir dans le cadre du dialogue de gestion !

*Rapport de la Cour des comptes sur la politique salariale des autorités administratives et publiques indépendantes

Catherine Gallet-Rybak, secrétaire générale, Céline Bredèche, cheffe de l’unité « ressources humaines », Isabelle Hagnéré, cheffe de l’unité « Finances »



On vous donne rendez-vous

Image

Venez rencontrer les experts de l’Arcep à FrenchTech Central, au sein de Station F | 4 & 18 avril, 2 mai à Paris

Start-ups, entrepreneurs… besoin d’y voir plus clair sur la manière d’utiliser des fréquences pour innover dans les télécoms ? Les experts de l’Arcep se tiennent à votre disposition au sein de FrenchTech Central situé au coeur de l’incubateur parisien Station F.

Plus précisément, l’Arcep propose aux entrepreneurs :

- Un « bac à sable réglementaire » : sous certaines conditions, l’Arcep peut alléger vos obligations en tant qu’opérateur ;

- Une aide dans les démarches nécessaires à l’obtention d’autorisations pérennes (notamment en matière de fréquences) ;

- Une information détaillée sur l’évolution des normes de connectivité et du cadre réglementaire international en matière de fréquences et de numéros, pour anticiper l’avenir de votre activité.

Venez nous rencontrer, avec ou sans rendez-vous !

En savoir plus

 


agenda

4 avril 2018 à Paris
Arcep et collectivités : réunion technique (GRACO)

La prochaine réunion technique du GRACO (groupe d’échange entre l’Arcep, les collectivités et les opérateurs) se tiendra le 4 avril à Paris. La matinée, réservée aux collectivités et aux services de l’État, permettra de faire plusieurs points sur l’actualité du secteur : mise en œuvre du plan France très haut débit, accord mobile... Au programme de l’après-midi : une table ronde sur le projet de recommandation relative à l’articulation des déploiements FttH ; table ronde ouverte aux opérateurs et aux cabinets d’assistance à maîtrise d’ouvrage.
Le programme

4 et 5 avril à Lyon
Salon SIDO – Showroom international des objets connectés

Le showroom international dédié à l’internet des objets (SIDO) ouvrira ses portes les 4 et 5 avril à Lyon. Deux jours de conférences, de démonstrations et d’échanges autour des usages de demain de l’internet des objets. Sébastien Soriano, président de l’Arcep, se rendra sur place et prendra la parole lors de la conférence intitulée : « IoT Connectivité : la 5G, les enjeux d’une techno taillée pour l’IoT ».
En savoir plus

Du 9 au 13 avril 2018 au Canada et États-Unis
Study Trip du BEREC

Tous les ans, le BEREC organise une mission d’étude hors de l’Union Européenne. Cette année, direction le Canada. Objectif : avoir une vue globale du marché canadien des télécoms, rencontrer le CRTC (régulateur) et échanger sur la 5G, l’internet ouvert, l’IoT. Une étape à Washington est prévue qui permettra de rencontrer le président de la FCC (régulateur) et la présidente de la FTC (équivalent de l’Autorité de la concurrence). La délégation sera conduite par J. Gungl, président du BEREC en 2018, accompagné de 5 dirigeants d’autorité de régulation, dont S. Soriano, vice- président du BEREC.

Du 23 au 27 avril 2018 à Lyon
The Web Conference

Lyon deviendra la « capitale » du web pendant 5 jours, du 23 au 27 avril 2018 en accueillant « The Web Conference » autour du thème « Bridging natural and artificial intelligence worldwide ». Depuis 24 ans, cette conférence, reconnue pour sa base scientifique d’excellence, réunit tous les passionnés du web (chercheurs, développeurs, utilisateurs, entreprises…) pour débattre de son évolution, de la normalisation de ses technologies et son impact sur la société.
En savoir plus

 

  separateur
L'ARCEP PIVOTE : LE MANIFESTE
L'ARCEP RECRUTE

VERSION WEB


Twitter Page Facebook Page RSS Feed RSS Feed

Me désinscrire

logo-footer